Portrait - Mélissa Paiement

Dernière mise à jour : 31 mars



La rencontre avec Mélissa Paiement fut définitivement mémorable. Impossible de ne pas être impressionné, à la fois, par le parcours, mais aussi par la force de caractère que représente Mélissa.


Mélissa est sourde d’une oreille et malentendante de l’autre, et ce, depuis sa naissance. Elle est la seule avec cette condition dans sa famille. Pleinement intégrée dans ce noyau familial entendant, elle saura tirer son épingle du jeu habilement pour ressortir de ses deux mondes avec une incroyable force qui risque de vous impressionner.


Entre projets, rêves et ambitions, vous y découvrirez l’incroyable histoire d’une entrepreneure inspirante vêtue d’une puissante mission.




Œuvrant dans le monde de la santé, la mère à Mélissa se rend rapidement compte des signes potentiels d’une surdité et rencontre le médecin pour un diagnostic alors que Mélissa n’a que 2 ans.


Résultat ? Le diagnostic de la surdité tombe et dorénavant pour sa famille il n’est pas question que Mélissa ne reçoive pas la même chances que sa sœur.


Au primaire, elle fréquentera une école spécialisée pour enfants sourds, avec des classes adaptées entre 2 et 5 élèves afin de maximiser le développement des enfants. Puis, en profitant de ce superbe système de développement, elle transfère à partir de la 6e année à l’école publique, et ce pour tout le reste de son secondaire.




Accompagnée d’une interprète, elle traverse les années du secondaire avec aplomb et combativité. Au secondaire, Mélissa est de nature à préférer s’organiser et apprendre par elle-même, à utiliser ses méthodes et trouver les réponses aux questions par elle-même. Vient alors l’éternel conflit qu’elle ressent vis-à-vis sa surdité. Le besoin constant d’une interprète pour comprendre la matière du cours la dérange particulièrement, elle y voit une occasion manquée d’avoir plus d’indépendance et préfère user de son autonomie pour arriver à ses fins. Bien sûr, on lui fait comprendre que ce n’est pas possible et qu’elle doit faire l’usage de son interprète. Elle nous avoue, qu’en raison de son caractère assumé et fonceur, que cela a parfois créé de petites tensions, nous dit-elle avec un petit sourire en coin.


Elle partage avec nous cette réflexion très forte :


« Mon handicap prend toute la place dans ma vie et occupe beaucoup de place dans ce que je suis. Et ce n’est pas négatif ! Du moment que tu l’assumes et que tu te dis « oui c’est correct » et que tu d’adapte à lui et bien tu peux ensuite développer toutes tes capacités et ton potentiel par la suite. »


Cette réflexion l’accompagnera durant tout son cheminement jusqu’au banc des études supérieures avec l’obtention d’un double DEC en arts, ainsi qu’un BAC en administration et entrepreneuriat qu’elle finira en temps et lieu à l’Université de l’Outaouais.


Puis, durant ses études, elle fait une réalisation marquante qui la troublera et la motivera à se lancer en entrepreneuriat. Elle avoue ne pas comprendre pourquoi il n’y a pas plus de femmes qui se lancent en affaires. Elle affirme qu’encore aujourd’hui, trop de préjugés persistent et entravent les réelles chances qu’ont les femmes de créer et fonder des entreprises.


Son meilleur exemple est poignant : sa première entreprise, Bellza, est un super salon d’une très grande popularité qui faisait la pose d’ongles et employait plusieurs employés. Bellza était un endroit fréquenté par plusieurs clientes pendant de nombreuses années. Pourtant, elle nous explique qu’il lui est arrivé lors d’un premier rendez-vous galant d’être victime de jugement parce qu’à la simple mention d’un salon « de pose d’ongles », immédiatement on lui accole des préjugés infondés liés au monde de l’esthétisme, on lui fait comprendre que ce n’est pas nécessairement une réelle entreprise.


Pour Mélissa, elle est instinctivement remuée par ses observations. Malgré qu’elle opère un local et tout son équipement, qu’elle gère des employés, qu’elle s’occupe de la comptabilité et de ses finances, du marketing et de son image de marque en plus de tous les milliers de dossiers qu’un entrepreneur se doit de régler tous les mois, Bellza ne serait pas une réelle compagnie ?


Pour Mélissa, cette injustice provient du fait que trop peu de femmes sont entrepreneures et que des préjugés injustes et infondés sont directement accolés aux femmes. Ainsi, devant cette injustice, elle réalise qu’elle désire être une femme entrepreneure et avoir une voix qui puisse porter et inspirer. Aujourd’hui 10 ans après sa première émancipation comme femme entrepreneure, elle affirme que plusieurs personnes la suivent sur les réseaux sociaux, particulièrement pour son parcours qu’elle ne manque pas de nous partager.


Puis, victime du succès de sa première entreprise Bellza, elle réalise que les tâches administratives et de gestion s’accumulent rapidement et la force à réaliser de moins en moins de tâches créatives et artistiques, ce qui est son intérêt et sa passion première. C’est pourquoi elle lancera sa deuxième entreprise Pastel Nuage.


Pastel Nuage est à la fois une entreprise de confection artisanale, mais aussi une entreprise avec une très grande responsabilité : faire de la sensibilisation sur la surdité.





Mélissa nous dit :


« Je ne veux pas profiter de mon handicap pour générer plus de ventes. Ce n’est pas l’objectif, mais c’est la première fois avec Pastel Nuage, que je communique avec ma clientèle aussi clairement sur ma surdité. Je veux que l’on parle plus de ces handicaps qui sont non flagrants physiquement. C’est important, et la première chose à faire c’était de parler de mon parcours comme femme entrepreneure et sourde. »


Ainsi, Pastel Nuage vise à offrir des produits artisanaux en tout genre et offre une gamme variée de produit en passant par des produits corporels à la chandelle.


Mais avant tout, Pastel Nuage, mettra de l’avant le sujet de la surdité et des autres handicaps non flagrants physiquement. Bien souvent les gens font preuve de moins de réactivité parce qu’ils ne réalisent pas qu’ils sont devant une personne sourde ou malentendante ou ne savent tout simplement pas comment réagir. De là peuvent s’en suivre des situations difficiles ou les gens n’ont pas la patience ou la résilience d’apporter l’aide nécessaire. Et pour Mélissa, ces situations sont source de stress et de déception répétée. Il lui fallait un véhicule pour sensibiliser et partager sur cette réalité qu’elle a trouvé au sein de Pastel Nuage. Elle prévoit offrir des conférences et des ateliers et fourni même des cartons où du contenu éducatif sera envoyé dans tous les colis de Pastel Nuage pour que ses clients puissent à la fois profiter de ses produits et de contenus intéressants et instructifs sur cette réalité.


« Pour moi mon handicap, c’est encore quelque chose de difficile à accepter. C’est possible que je trouve cela encore difficile pour plusieurs années. Il ne faut pas craindre de parler des vraies choses. Ce n’est pas toujours facile et on ne peut pas espérer influencer et aider les gens sans leur parler de la réalité. Non ce n’est pas toujours rose la vie d’une personne sourde ou malentendante et c’est important de dire les vraies choses. Pastel Nuage c’est un peu ça. Pas de fausses publicités. Que du vrai. »


Son objectif est admirable, réellement inspirant. Elle espère nous faire réaliser que nous faisons partis du changement et qu’ensemble il est possible de faire avancer les choses. Il est évident que sans un travail de sensibilisation et d’ouverture rien ne pourra changer réellement.



« Je suis rendu à un point où c’est le temps d’en parler. Je peux faire une différence pour vrai. La pandémie du Covid-19 a aussi accentué les injustices et les sentiments de colère dans certaines situations. Les gens étaient moins patients et la peur a remporté sur le rationnel, parfois même pour les choses les plus évidentes comme le fait qu’avec un masque il est simplement impossible de lire sur les lèvres. Tu te débrouilles quand même, mais pendant la pandémie on a vraiment été laissé à nous-même. »


Force est d’admettre que Mélissa ne cesse de nous inspirer. Sa mission et sa vision sont réellement empreintes de son expérience et on ne manque pas de se sentir transporté par ses propos.







Elle partage avec nous cette comparaison très intéressante. Le passage d’une chenille à la transformation d’un papillon est un passage douloureux et difficile. Il est parfois tentant de peut-être se contenter de rester une chenille, mais la transformation vers le papillon et l’acceptation du passage obligé te conduira un jour à voler de tes propres ailes, libre et ouverte sur les opportunités. Sors de ton cocon, vole et défonce les limites, il n’y a rien à ton épreuve.

Pour visiter Pastel Nuage rendez-vous par ici : https://pastelnuage.com/

Pour son instagram c'est par ici : https://www.instagram.com/pastelnuage/?hl=fr


456 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout